paris-desert-travelzik

Paris Désert, l’EP – collaborant – est dans les bacs !

09 05
Partager Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Un power Trio rock. Simple et efficace !

Je les ai connus en 2011, à l’époque j’étais régisseur de la partie concert du festival « ZEST » conçu pour faire connaître les métiers du spectacle. Pour donner suite à cette rencontre prometteuse, nous les avions enregistrés au studio associatif ECOZIK.

Quelques morceaux maquettés, bien rock’n’roll et qui marquaient de façon définitive mes cages à miel. A l’époque, ils étaient 5 mais ça, c’était avant. C’était avant la nouvelle formation, les concerts, l’EP…

Je ne pouvais donc pas laisser passer l’occasion de vous (re)présenter ce groupe !

En 2016, il se reforme avec une nouvelle formule, plus centrée, plus directe : le power trio. En découle une énergie permettant de réaliser un rock simple et efficace. Après une première date en avril 2016 lors d’un concert de soutien aux réfugiés à Calais (dernier concert d’Olivier, le batteur, avant son départ du groupe pour des raisons pro), le groupe prenait forme. Les retours du public étant très positifs, la décision a donc été prise de continuer l’aventure en intégrant un nouveau batteur qui a rajouté sa patte complètement en phase avec le projet. Nous retrouvons donc sous cette formation : Alain (guitare/chant), Julien (Basse) et Vince (Batterie/Chœurs).

Leur EP fraîchement sorti a pu voir le jour grâce à un appel à contribution.

Lorsque Julien m’a remis en main propre mon petit kit du perfect fan, j’étais comme un gosse devant ses cadeaux ! Une affiche, un tee-shirt, Stickers et le Graal : l’EP tant attendu, fruits de leurs entrailles.

J’ai écouté, réécouté, encore et plus. J’ai tendu l’oreille tout d’abord sur le mix puis sur les textes. On retrouve effectivement ce qu’ils prétendent de rock simple et efficace ! Tout est là. Pas besoin d’artifices ! Ça marche tel quel et plutôt très bien ! Des textes qui ont du fond et de la forme et soutenus par une musicalité teintée de rock français. Ce rock français que l’on connait, dans lequel on se reconnaît. Cette empreinte qui pourrait vous faire dire : « Ah oui tient, ça me penser à tel groupe ou encore celui-ci ».

Très rapidement, on sort de cette impression, car il ne s’agit effectivement que de cela, une impression ! Leur univers se met en place très rapidement et on découvre alors Paris Désert.

Dès le premier morceau (Empathie), premiers accords de guitare, suivent basse et batterie et en avant ! Ça file droit, vite et fort !

Je ne vais pas vous décliner les titres un à un, vous aurez tout loisir de les découvrir sur Travelzik évidemment ! Je vais juste citer mes deux morceaux préférés (attention, juste préférés car je les aime tous !).

Il s’agit du troisième titre : « Bourgeois criminel » et du cinquième titre : « On n’a rien » qui me font particulièrement écho.

Ces titres, je l’ai avait avant tout entendu en concert et notamment lors du Mascarock d’août. Paris Désert participait alors au tremplin et en sont sorti victorieux tellement j’ai applaudi fooooort ! Naaaaaaaaaaan, je rigole, c’est juste que là encore, le public a réagi à un fait : Paris Désert, c’est du rock et du bon !!

D’ailleurs un petit message absolument pas subliminal : Tu es tourneur ? Manager ? Voire tour-manager ? Tu veux t’engager dans un projet qui n’attend que toi pour prendre mieux encore son envol ? Et bien en bas de cet inter-rockview, tu trouveras les coordonnées qui vont bien pour te faire connaître auprès de Paris Désert !

Pour mieux vous servir, je me suis autorisé à leur poser quelques questions :

– Qu’est-ce-qui vous fédère ?

« Le rock bien entendu ! Et surtout le plaisir. Celui de se retrouver et de partager notre musique en public. Nos textes sont aussi intégralement en français, on se retrouve tous les trois dans l’écriture d’Alain et les sujets abordés. »

– Qu’est-ce que vous écoutez en ce moment ?

« On écoute un peu de tout, ça va du rock, reggae, punk, hip-hop, chanson française. »

– Quelle est l’empreinte globale de l’album ?

« C’est notre premier EP qui a été réalisé complètement en DIY, l’enregistrement, mixage et mastering a été confié à des amis (Gaby et Jimmy Cassar). On peut dire que l’empreinte est brute de décoffrage, sans fioritures. »

– Avec votre mélange d’influences musicales, le résultat mélangé tendrait vers quel style d’artiste ? En qui vous retrouverez en termes de son ? De textes ?

« C’est un mélange de ce qu’on aime entre The Clash, Jacques Brel et Mano Solo… On nous compare souvent à Noir Désir ou Saez pour le côté rock français, mais au final on fait du Paris Désert. »

– Quelles expériences / rencontres marquantes avez-vous marquées au fer rouge ?

« On va dire, notre participation au Festival Musicalarue en août 2017, face à un public surmotivé et nombreux. On a pris conscience que notre musique interpellée dans le sens où une grosse majorité du public n’était pas là pour nous, on était une forme de découverte… De plus nous avons eu la chance de rencontrer Gambeat (bassiste de Manu Chao) qui depuis les loges nous a écouté et vu sur scène, on a eu droit à un débrief plutôt flatteur et aussi quelques défauts à améliorer. Dans l’ensemble ce moment est très important pour nous. »

– Dans le morceau « Aux âmes… » de votre EP, vous citez quatre personnes. C’est qui Bertrand, Mimi, Filou et Diva ? Hein ?! Dites voir !

« Le morceau « Aux âmes… » est un hommage aux personnes croisées, parties pour certains, qui ont une importance dans une vie. Pour le reste on préfère garder le mystère…»

Une petite perle que j’allais oublier ! (Wouh Pinaise comme dirait l’autre !). Ils ont fait une reprise que j’ai trouvée absolument géniale d’un morceau de NTM ! Oui ma bonne dame ! Je vais volontairement vous laisser chercher ! Ça fera remonter le nom de Paris Désert de façon organique dans les moteurs de recherche (Je suis un gros fou moi !)

Pour conclure, les prochaines dates:

– 11 mai : Festival El Loco Tour à L’Accordeur, avec Les Clébards, Los Tabascos

– 23 juin : Noaillan (33)

– 27 juillet 18 : Rock en Marche dans la Creuse -Grande scène avec Pigalle, Karpatt, Le Peuple de l’Herbe, Sidilarsen

– 18 août 18 : Festival Barbuz’inL’Uzine à gaz – St-Sever

– 25 août 18 : Mascarock – Vayres (33) avec Bagdad Rodéo, Madame Robert (Reuno de Lofofora + ex Parabellum)

Vous pouvez également suivre leurs actualités par ici.

 

Jef Linares